Knowledge for Development

Connaissances pour le développement

Cet site internet du CTA, Connaissances pour le développement, soutient le dialogue politique sur la S&T pour le développement agricole et rural dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Ce site permet à la communauté scientifique ACP - qui se compose surtout de scientifiques et de technologues du développement et de la recherche agricole, de décideurs, d'agriculteurs, d'autres personnes intéressées et d'autres acteurs - de partager et de contrôler les résultats des efforts nationaux et régionaux et de coopérer afin de mettre la science et la technologie au service du développement de l'agriculture dans leurs pays.

Le public peut voir et aimer leur vidéo préférée.  CTA, CCST et leurs partenaires a lancé le deuxième Concours de films et de vidéos sur la science et l’agriculture dans les Caraïbes « Valorisation des produits locaux » en Octobre 2013. L'objectif de ce concours est d'encourager les jeunes professionnels à utiliser les TIC afin d'instaurer un climat plus propice à la science et à l'innovation agricoles dans la zone des Caraïbes. 36 équipes provenant de huit pays ont posté leurs vidéos sur la page Facebook du Concours et le public est invité à voir et « likes » leurs vidéos préférées.La date de clôture pour le vote du public est de 18 Août. L'équipe dont la vidéo sera la plus visionnée et qui recevra le plus de « likes » sera récompensée par un prix. La cérémonie de remise des prix se dérouleront du 27 au 29 août 2014 à Port-d'Espagne, Trinité. 10/08/2014
Read more...
Nous avons le plaisir de vous faire parvenir le numéro de juillet/août 2014 de l’infolettre Connaissances pour le développement (K4D) du CTA et de S&T. Ce numéro se penche entre autres sur (i) la recherche sur le sorgho et le développement des chaînes de valeur, (ii) la politique en matière de vulgarisation et (iii) les questions nouvelles en recherche interdisciplinaire et publications académiques. Nous avons en outre adopté un nouveau format et un nouveau système d'envoi par courrier électronique via MailChimp. Nous espérons que ces changements vous donneront entière satisfaction. 30/07/2014
Read more...
Le sorgho est une denrée cruciale pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle de plus de 300 millions de personnes, notamment pour les communautés vivant dans les zones arides et semi-arides d’Afrique subsaharienne. Sa capacité à pousser dans des environnements hostiles où d’autres cultures ne survivraient pas lui confère un atout supplémentaire. Le sorgho est également considéré par les communautés économiques régionales d’Afrique subsaharienne comme l’un des produits stratégiques pour les investissements ciblés. En dehors de son usage alimentaire sous forme de grain ou de sirop, il offre un gros potentiel commercial pour la production de fourrage, de boissons alcoolisées (par exemple, la bière) et de biocarburants. Si, par le passé, le sorgho a attiré moins d’investissements dans la recherche que d’autres cultures de base – comme les céréales telles que le blé, le riz et le maïs –, le séquençage du génome a offert de nouvelles possibilités d’amélioration variétale, comme l’enrichissement des propriétés nutritionnelles et l’accroissement des rendements dans différentes conditions. Partout dans le monde, les chercheurs effectuent des investigations sur cette culture, que ce soit dans les pays développés ou dans les pays en développement.
Read more...

Le sorgho en Afrique : opportunités et priorités de recherche

by Eva Weltzien, Institut international de recherches sur les cultures des zones tropicales semi-arides, Mali.
Dans son article de fond, Eva Weltzien, chercheur principal à l’ICRISAT-Mali, décrit comment les obtenteurs africains de sorgho ont mis au point, à partir de cultivars locaux, des variétés améliorées résistantes au Striga, tolérantes à des niveaux de salinité élevés et à une faible teneur en phosphore, mais aussi réintroduit des variétés qui avaient disparu. Elle note qu’il faut, d’une part, bien connaître et comprendre la base du germoplasme et d’autre part, sélectionner soigneusement les variétés en consultation avec les acteurs locaux et les agriculteurs pour savoir lesquelles sont les mieux adaptées. Il est primordial de reconnaître pleinement l’importance des connaissances locales dans la sélection finale. 28/07/2014
Read more...

Le rôle du sorgho dans la sécurité alimentaire et le développement économique des communautés des zones arides et semi-arides en Afrique

by Florence Wambugu, Directrice exécutive et Nehemiah Mburu, Business & Project Manager, Africa Harvest.
Dans leur article de fond, Florence Wambugu et Nehemiah Mburu d’Africa Harvest décrivent le partenariat conclu entre leur organisation, les centres de recherche internationaux du CGIAR et les instituts nationaux de recherche agricole (NARI) pour améliorer les cultures. Des exemples provenant du Kenya et de la Tanzanie indiquent que l’amélioration de l’accès aux semences certifiées de qualité, l’intensification de la production et l’adoption de bonnes pratiques agricoles ont permis d’accroître la productivité, de renforcer les liens sur le marché et d’augmenter les volumes négociés entre les deux pays.  28/07/2014
Read more...
Des chercheurs du CIRAD et de l’IRD, en collaboration avec leurs partenaires, viennent de démontrer que la distribution de la diversité génétique du sorgho dans l’est du Kenya est liée à l’appartenance ethnique des agriculteurs. Ils ont inventorié les variétés paysannes de sorgho cultivées dans divers foyers appartenant à trois groupes ethniques différents. Ils ont pu caractériser la structure de la diversité génétique du sorgho au sein des trois groupes et tester sa relation avec l’organisation ethnolinguistique des agriculteurs. Les résultats indiquent que la distribution de la diversité du sorgho est étroitement associée à l’organisation ethnique. En effet, si les variétés introduites, issues du système formel d’amélioration variétale, sont distribuées de façon uniforme dans les trois groupes ethniques, plusieurs variétés locales identifiées par les agriculteurs sont en revanche réparties de façon inégale entre les groupes. Ces travaux soulignent la pertinence de l’échelle locale pour élucider les processus évolutifs des plantes cultivées.  (PLOS One, 06/2014)  28/07/2014
Read more...
Le sorgho est principalement produit et consommé par la population locale dans la région soudano-sahélienne du Cameroun. Cette région ne présente pas de problèmes de santé publique liés aux mycotoxines et cet article pose la question de savoir si le sorgho et les produits à base de sorgho échappent à la contamination par les mycotoxines ou si les pratiques post-récolte locales sont efficaces pour lutter contre les mycotoxines. Les faibles niveaux d’incidence des mycotoxines observés dans les grains de sorgho crus secs au nord du Cameroun pourraient être liés à des stratégies pré et post-récolte visant à empêcher la contamination des cultures. Parmi ces méthodes, citons la rotation annuelle des cultures, l’irrigation par temps chaud et sec, l’utilisation de pesticides pour réduire les populations d’insectes, l’assèchement des cultures à un taux d’humidité sécuritaire et le stockage à l’état protégé.   (InTech Publishers, 2013) 28/07/2014
Read more...
Dans cet article, Michael von Hauff et Thuan Nguyen, de l’Université technique de Kaiserslautern (Technische Universität), en Allemagne, affirment que les universités peuvent contribuer à trouver des solutions visant à répondre aux grands défis du 21ème siècle (multiplication des crises environnementales et socio-économiques, inégalités de revenus et de répartition des richesses ou encore instabilités politiques, entre autres) en intégrant le concept de développement durable dans la recherche, mais aussi en formant les décideurs politiques de demain. Grâce aux programmes universitaires, les futurs décideurs politiques ont la possibilité d’acquérir les compétences nécessaires pour résoudre les problèmes écologiques, sociaux et économiques qui sont le lot de toutes les sociétés. Les auteurs constatent que les universités allemandes ont accumulé un certain retard par rapport à leurs homologues internationales dans la mise en œuvre de stratégies durables et présentent une approche sur la manière dont ces universités pourraient mettre en œuvre le concept holistique de développement durable. Ils font le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des stratégies de développement durable au sein des universités et cherchent également à établir un cadre permettant d’évaluer et d’encourager les efforts déployés à cet effet.   (Sustainability, 19/05/2014) 28/07/2014
Read more...
Ce document, produit en collaboration avec les membres du système mondial de données (WDS) du Conseil international pour la science (CIUS), décrit cinq objectifs stratégiques considérés par le comité scientifique du WDS (WDS-SC) comme majeurs pour la recherche scientifique concertée dans le monde : 1) intégration des services et dépôts d’archives de données numériques dans la recherche scientifique concertée internationale ; 2) favoriser les communautés de services de données scientifiques disciplinaires et multidisciplinaires ; 3) mobiliser des fonds pour les services de données ; 4) renforcer la confiance dans les services de données scientifiques ouvertes et en améliorer la qualité ; et 5) faire en sorte que le WDS-CIUS devienne le premier réseau multidisciplinaire de données de qualité au monde.   (WDS-CIUS, 06/2014) 28/07/2014
Read more...
Kevin C. Elliott (Michigan State University, USA) et David B. Resnik (National Institute of Environmental Health Sciences, USA) ont suggéré l’adoption de principes directeurs pour communiquer efficacement les conclusions scientifiques de manière à promouvoir l’objectivité mais aussi à renforcer la confiance du public et la pertinence des politiques. Ces principes s’appuient sur des études éthiques, conceptuelles et empiriques de l’objectivité et des conflits d’intérêts dans la recherche scientifique. Les études conceptuelles et empiriques du raisonnement scientifique ont montré qu’il serait irréaliste d’empêcher que la recherche scientifique pertinente aux politiques ne soit influencée par des jugements de valeur. Sur le plan conceptuel, la controverse actuelle à propos d’un rapport de la Commission européenne sur les effets des perturbateurs endocriniens chimiques indique dans quelle mesure les scientifiques ont été amenés à porter des jugements de valeur sur les normes de preuves qui s’imposent lorsqu’ils éclairent l’orientation des politiques publiques. Les études empiriques démontrent que les scientifiques sont inévitablement influencés par divers intérêts financiers, sociaux, politiques et personnels potentiellement subconscients. Selon les auteurs, lorsque les preuves scientifiques ne sont pas concluantes et que les principales décisions réglementaires sont remises en cause, il n’est pas réaliste de penser que les valeurs puissent être exclues du raisonnement scientifique. Les efforts visant à supprimer ou à masquer les intérêts ou les valeurs peuvent donc nuire à l’objectivité scientifique et à la confiance du public, alors que la meilleure voie à suivre pour promouvoir la science et la cohérence des politiques serait de révéler au grand jour les intérêts et les valeurs implicites.     (Environmental Health Perspectives, 01/ 07/2014) 28/07/2014
Read more...
Francisco Toro, journaliste vénézuélien et blogueur, a examiné les conclusions d’un rapport publié récemment dans l’American Journal of Agricultural Economics comparant les essais randomisés contrôlés (ERC), ouverts et en double aveugle (utilisés dans la science médicale), réalisés auprès de producteurs de niébé en Tanzanie. Les résultats de l’étude sont surprenants et remettent en question la méthodologie standard communément utilisée par les chercheurs pour évaluer le succès de l’introduction de nouvelles technologies agricoles. Toro résume ainsi la situation : « Dans le cadre des ERC ouverts, les producteurs de niébé tanzaniens qui savaient qu’ils disposaient de semences améliorées ont été beaucoup plus performants que les producteurs qui savaient pour leur part qu’ils disposaient de semences traditionnelles. Dans l’étude en double aveugle toutefois, les producteurs, qui ne savaient pas si les semences qu’on leur avait distribuées étaient améliorées ou non, ont obtenu des résultats similaires quelles que soient les semences utilisées. En fait, les producteurs ayant utilisé des semences traditionnelles sans le savoir ont été aussi performants que ceux qui avaient utilisé des semences améliorées, qu’ils le savaient ou non. Seuls les producteurs qui savaient que leurs semences n’étaient pas améliorées ont accumulé des retards de productivité ».   (Francisco Toro's blog, 09/04/2014) 28/07/2014
Read more...
La protection intégrée des cultures (PIC) fait l’objet d’une très faible adoption dans les pays en développement, malgré son importance théorique et ses principes rationnels. Tels sont les résultats d’un projet de recherche mené par des chercheurs du CIAT, de l’IRD, du CIP, de l’Université de Greenwich, de l’Université Cornell et de l’Université de Wageningen. Ils ont établi une liste de 51 obstacles majeurs à l’adoption de la PIC dans les pays du Sud, dont le plus fréquent a été « l’insuffisance de formation et d’appui technique aux agriculteurs ». L’étude révèle en outre que les obstacles perçus dans les pays industrialisés sont très différents de ceux évoqués dans les pays en développement. Le premier obstacle perçu par les pays du Sud est « le manque d’action collective menée au sein d’une communauté d’agriculteurs » tandis que les pays du Nord ont plutôt mis en avant « le manque d’experts qualifiés et de vulgarisateurs en PIC ».    http://www.pnas.org/content/early/2014/02/19/1312693111  (Proceedings of the National Academy of Sciences and IRD (FR), 25/02/2014) 28/07/2014
Read more...

RSS