Knowledge for Development

Connaissances pour le développement

Cet site internet du CTA, Connaissances pour le développement, soutient le dialogue politique sur la S&T pour le développement agricole et rural dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Ce site permet à la communauté scientifique ACP - qui se compose surtout de scientifiques et de technologues du développement et de la recherche agricole, de décideurs, d'agriculteurs, d'autres personnes intéressées et d'autres acteurs - de partager et de contrôler les résultats des efforts nationaux et régionaux et de coopérer afin de mettre la science et la technologie au service du développement de l'agriculture dans leurs pays.

Nous avons le plaisir de vous envoyer l’infolettre Connaissances pour le développement du CTA des mois de novembre et décembre 2014. Dans ce numéro, nous mettons entre autres l’accent sur : 1) les capacités de transformation des industries agroalimentaires ; 2) les questions de sécurité sanitaire des aliments, et notamment l’aflatoxine ; 3) les systèmes semenciers, les sciences et les politiques. Nous souhaitons également mettre en exergue le consensus croissant autour de la nécessité de renforcer les liens entre agriculture et nutrition, et vous encourager à visiter le site web de la conférence CIN 2, axée sur le thème « Une meilleure nutrition, c’est une meilleure qualité de vie », qui s’est tenue à Rome, du 19 au 21 novembre. Vous pouvez télécharger l’infolettre en format PDF en cliquant sur le lien en bas de page.  01/12/2014
Read more...

Défis en matière de sécurité alimentaire : l’exemple de l’aflatoxine

by Rose W. Njeru, Agro-Innovations International, Nairobi, Kenya
Rose W. Njeru, Agro-Innovations International, Nairobi (Kenya), dresse un aperçu détaillé des travaux de recherche actuels et des mesures de gestion des risques visant à réduire la contamination par l’aflatoxine. Les aflatoxines sont des toxines d’origine naturelle ayant un impact néfaste sur la sécurité sanitaire des aliments, la santé et la nutrition. La contamination peut survenir à n’importe quel stade de la chaîne de valeur; durant la production, la récolte, la transformation, le stockage et le transport. L’objectif est de réduire la contamination des produits destinés à l’alimentation humaine et animale en appliquant et en respectant les normes ainsi que la législation. Nous savons que l’exposition à des niveaux élevés d’aflatoxine peut entraîner la mort, due à une insuffisance hépatique ; le cas le plus dévastateur s’est produit au Kenya en 2004. Une stratégie prometteuse à long terme consiste à développer des variétés résistantes et à prendre des mesures de contrôle biologique. Mais les défis sont nombreux. Par exemple, deux lignées de maïs résistantes à l’aflatoxine ont été identifiées et des mesures de contrôle biologique sont mises en place afin de réduire la contamination des arachides et du maïs aux Etats-Unis. Des essais similaires utilisant des variétés locales sont en cours au Kenya et au Nigeria. Aussi peu nombreuses soient-elles, si elles existent, les variétés commerciales sont facilement accessibles et leurs mesures de contrôle biologique sont spécifiques au contexte. 26/11/2014
Read more...
John Muyonga indique dans quelle mesure la FTBIC soutient les efforts déployés par son université pour créer un nouveau type d’agro-entrepreneurs diplômés en Ouganda. La FTBIC a pour objectif de développer de nouvelles filières agroalimentaires en se basant sur des recherches menées à l’université, d’aider les étudiants à acquérir des compétences entrepreneuriales et de contribuer au développement de l’industrie agroalimentaire.  26/11/2014
Read more...
Neela Badrie, professeur à l’Université des West Indies (UWI), Campus de St Augustine, présente un article sur les récents efforts visant à faire de l’institution un pôle de recherche agricole et alimentaire unique en son genre dans les 15 pays de la région des Caraïbes.   26/11/2014
Read more...
Le CTA est membre du consortium du projet financé dans le cadre du 7e Programme-cadre de l’Union européenne intitulé « Renforcer la coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’Afrique subsaharienne et l’Union européenne en vue de relever les grands défis de ce monde » ou CAAST-Net Plus. Ce projet consolide le partenariat Afrique-Europe dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation, conclu dans le cadre de la stratégie conjointe Afrique-UE visant à stimuler la coopération bi-régionale en matière de science, de technologie et d’innovation (ST&I). L’objectif étant d’offrir de meilleures perspectives concernant les priorités communes liées aux grands défis sociétaux : changement climatique, sécurité alimentaire et santé. L’an dernier, l’enquête en ligne destinée à analyser l’impact de la coopération Afrique-UE dans le domaine des ST&I pour l’alimentation et de la sécurité alimentaire a été diffusée au sein de la communauté K4D. Des résumés des conclusions majeures et des recommandations sur l’analyse de l’impact de la coopération dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, du changement climatique et de la santé sont désormais disponibles sur le site web (PDF) du projet  et font partie intégrante des délibérations d’Entebbe qui ont lieu le 24 et 25 novembre 2014. Une fois approuvés, les rapports complets seront également partagés sur le site.  26/11/2014
Read more...
Le projet de note d’orientation CTA/ASARECA intitulé « Systèmes semenciers, sciences et politiques » a été élaboré en collaboration avec plusieurs scientifiques africains et instances de réglementation sur le continent, avec le soutien du CTA, en faveur des universités d’Afrique subsaharienne sélectionnées. L’objectif était de réaliser une analyse FFPM (forces, faiblesses, possibilités, menaces) de leur contribution au développement de systèmes semenciers intégrés à compter de 2013. Les conclusions ont été documentées et seront prochainement publiées. Elles ont été présentées lors d’un événement parrainé par le CTA et organisé en marge de l’Assemblée générale de l’ASARECA au Burundi, en décembre 2013. Le projet de note d’orientation a été élaboré en début d’année et présenté aux intervenants du secteur privé ayant participé à un atelier ASARECA/EAGC au Kenya, en octobre 2014, visant à susciter l’intérêt, l’engagement et le soutien du secteur privé, mais aussi à mobiliser des fonds pour la recherche agricole et le développement technologique en Afrique de l’Est et en Afrique centrale. Vos commentaires sont les bienvenus. (knowledge[at]cta.int)  26/11/2014
Read more...
Selon l’Institut britannique des ingénieurs mécaniciens (Londres, Royaume-Uni), près d’un quart du total du gaspillage alimentaire dans les pays en développement pourrait être évité si les pays adoptaient le même niveau d’équipement de réfrigération que dans les pays industrialisés. Il conviendrait de mettre en place une « chaîne du froid » continue sous température contrôlée depuis la récolte jusqu’au consommateur. Le défi pour les ingénieurs consiste à le faire de manière à réduire au minimum le gaspillage de denrées alimentaires et à éviter les émissions nocives et les polluants atmosphériques. En résumé, ils doivent aider à mettre en place des infrastructures durables et résilientes, adaptées à l’usage prévu à l’échelon local. Deux éléments sont importants : premièrement, les projets doivent être rentables ; deuxièmement, ils doivent être sûrs, fiables, faciles à construire, à exploiter et à entretenir.    (FoodProduction daily.com, 30/06/2014) 27/11/2014
Read more...
Les feuilles de manioc sont disponibles tout au long de l’année et devraient bénéficier de la même attention que les racines. Elles contiennent des quantités importantes de protéines et sont riches en vitamines B1, B2 et C, ainsi qu’en caroténoïdes et en minéraux. En fait, la quantité totale d’acides aminés essentiels présente dans les protéines des feuilles de manioc est celle d’un œuf de poule et est plus élevée que celle des feuilles d’épinard, du soja, de l’avoine ou du riz. Toxicité et antinutriments limitent en effet leur consommation alimentaire. Ces aspects toxiques et antinutritionnels doivent être jugulés pendant la transformation et avant la consommation humaine. Des chercheurs de l’Université d’Hohenheim étudient le meilleur moyen de traiter les feuilles de manioc afin de les transformer en source économique et durable de protéines et de micronutriments. Plusieurs méthodes de transformation des feuilles de manioc ont été mises au point.    (Rural21, 08/09/2014) 27/11/2014
Read more...
Le teff est largement cultivé et consommé en Ethiopie. Il représente près d’un quart de la production de céréales du pays. Dans d’autres pays, toutefois, son utilisation pour la consommation humaine est limitée du fait d’une connaissance insuffisante de sa composition nutritionnelle. Dans son étude, Kaleab Baye, de la Faculté des sciences de l’alimentation et de la nutrition de l’Université d’Addis-Abeba, en Ethiopie, décrit les caractéristiques physiques et chimiques du teff et sa composition nutritionnelle. Il documente l’utilisation du teff et des produits à base de teff pour l’alimentation humaine en Ethiopie, ainsi que les défis en matière de transformation alimentaire et liés à sa consommation à travers le monde. Baye examine dans quelle mesure les avancées récentes de la recherche permettraient de résoudre les enjeux liés à la production de cette céréale peu connue, ainsi que les bienfaits pour la santé associés à sa consommation.    (IFPRI and EDRI, 09/2014) 27/11/2014
Read more...
Ce guide présente un système de gestion de la qualité pour les laboratoires d’analyses ou d’essais, y compris les laboratoires microbiologiques et radiologiques qui effectuent des tests pour établir les caractéristiques essentielles, la sécurité sanitaire et la salubrité des aliments indispensables. Le guide décrit un cadre de processus et de procédures pour s’assurer qu’un laboratoire sera toujours capable de produire des résultats d’analyse de qualité. Il repose sur la législation européenne imposée aux laboratoires et il est destiné aux organisations de pays en développement qui souhaitent exporter vers l’UE. Ce guide a été produit par l’EDES, un programme du COLEACP.   (EDES, 02/10/2014) 27/11/2014
Read more...
Si certains légumes-feuilles sont populaires dans des pays tels que les îles Salomon et Tonga, on ne connaît certes pas leurs bienfaits considérables pour la santé. Cette publication rend compte d’un projet destiné à accroître la consommation des légumes-feuilles à haute valeur nutritive aux Samoa, aux îles Salomon et dans le nord de l’Australie. Dirigé par Graham Lyons, de l’Université d’Adelaïde, en Australie méridionale, et Mary Taylor, consultante en développement agricole (Royaume-Uni), en collaboration avec leurs collègues, le projet a permis de : 1) documenter les connaissances et les opinions des populations locales sur la culture et la consommation des légumes-feuilles ; 2) produire et distribuer des fiches d’information ; 3) promouvoir les légumes-feuilles locaux via les médias dans les pays participants ; 4) renforcer les capacités à l’échelon local ; et 5) fournir des informations sur les méthodes de propagation optimales de l’aibika, un légume populaire, à partir d’un essai en champ réalisé aux Samoa.    (ACIAR, 09/2014) 27/11/2014
Read more...
La hausse des températures a des effets néfastes sur la consommation alimentaire. En revanche, celle-ci n’est pas considérablement affectée par les variations pluviométriques. Ce document de travail élaboré par Sara Lazzaroni et Arjun S. Bedi, et publié par l’Institut international d’études sociales de l’Université Erasmus, aux Pays-Bas, repose sur des données de panel concernant deux périodes combinées à des données sur les précipitations, le nombre de jours de pluie et les températures maximales et minimales utilisées pour examiner l’impact des variations climatiques sur la consommation alimentaire dans les régions rurales de l’Ouganda. Bien que les observations résultant d’entretiens qualitatifs et des tendances de la production agricole indiquent que les ménages ont adopté des mesures d’atténuation, il en ressort que la hausse des températures est corrélée à une baisse des rendements agricoles et de la consommation de denrées alimentaires.    (ISS, 04/2014) 27/11/2014
Read more...
La connaissance détaillée des variations du génome des bovins s’est nettement améliorée grâce à la création d’une base de données mondiale qui contient des données sur les races Angus, Holstein, Jersey et Fleckvieh, et les génomes de plus de 1 200 animaux. La nouvelle base de données de première génération, qui sera en accès libre, est constituée de génomes séquencés pour un certain nombre de taureaux et repose sur de nouvelles techniques de séquençage. Les résultats de ces travaux de recherche menés par Hans D. Daetwyler du Department of Environment and Primary Industries, en Australie, ont été publiés dans la revue Nature Genetics. Des chercheurs d’autres pays sont encouragés à s’associer au projet afin d’assurer un flux continu de données. Les principaux taureaux ont des filles dans le monde entier ; la force de ce projet réside donc dans l’intégration de toutes les données au sein d’une même base.    (ScienceDaily, 03/10/2014) 27/11/2014
Read more...
Ce guide présente un système de gestion de la qualité pour les laboratoires d’analyses ou d’essais, y compris les laboratoires microbiologiques et radiologiques qui effectuent des tests pour établir les caractéristiques essentielles, la sécurité sanitaire et la salubrité des aliments indispensables. Le guide décrit un cadre de processus et de procédures pour s’assurer qu’un laboratoire sera toujours capable de produire des résultats d’analyse de qualité. Il repose sur la législation européenne imposée aux laboratoires et il est destiné aux organisations de pays en développement qui souhaitent exporter vers l’UE. Ce guide a été produit par l’EDES, un programme du COLEACP.   (EDES, 02/10/2014) 27/11/2014
Read more...

RSS