Knowledge for Development

Connaissances pour le développement

Cet site internet du CTA, Connaissances pour le développement, soutient le dialogue politique sur la S&T pour le développement agricole et rural dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Ce site permet à la communauté scientifique ACP - qui se compose surtout de scientifiques et de technologues du développement et de la recherche agricole, de décideurs, d'agriculteurs, d'autres personnes intéressées et d'autres acteurs - de partager et de contrôler les résultats des efforts nationaux et régionaux et de coopérer afin de mettre la science et la technologie au service du développement de l'agriculture dans leurs pays.

Pour le Secrétariat exécutif du Forum européen de recherche agricole pour le développement (EFARD), CTA cherches un/une stageaire pour (i) apporter le soutien aux activités de l'EFARD entreprises par le secrétaire exécutif de l'EFARD, pour ce qui est de la préparation, de la mise en oeuvre et du suivi des conférences, des ateliers, des réunions, des études techniques et des rapports techniques et de synthèse; (ii) fournir un soutien de recherche sur un certain nombre de questions relatives aux S&T; (iii) développer et gérer la base de données regroupant les contacts de l'EFARD; (iv) fournir une assistance aux membres de l'EFARD pour les activités de communication de l'EFARD et du PAEPARD entreprises par le Secrétaire exécutif de l'EFARD; être le point de convergence entre l'EFARD et l’YPARD;  (v) mettre régulièrement à jour le site web de l'EFARD www.efard.eu, gérer et faire évoluer la communauté sur les médias sociaux; et préparer des rapports de dépenses en accord avec les budgets. Début du stage : Mars/Avril 2015. Durée : 6 mois (renouvelable une fois). Localisation : Wageningen, Pays-Bas. Date limite de candidature : 8 mars 2015 19/02/2015
Read more...
Pour le Projet « Réseau pour la Coopération bi-régionale Europe-Pacifique en Sciences, Technologie et Innovation (PACE-NET Plus) CTA cherches un/une stageaire pour (i) apporter le soutien pour la préparation, la mise en oeuvre et du suivi des conférences, des ateliers, des réunions, des études techniques et des rapports techniques et de synthèse; (ii) fournir un soutien de recherche sur un certain nombre de questions relatives aux S&T/à la RAD; (iii) préparer des rapports de dépenses en accord avec les budgets. Début du stage : Mars/Avril 2015; Durée : 6 mois (renouvelable une fois); Localisation : Wageningen, Pays-Bas; Date limite de candidature : 14 mars 2015 19/02/2015
Read more...
Cet ouvrage examine le récit d’expériences vécues par 12 chercheurs agronomes africains ayant obtenu des résultats tangibles sur le continent mais aussi à l’échelon international. Dix de ces chercheurs sont des femmes et de jeunes scientifiques lauréats de la 3ème édition du concours des sciences en Afrique. Ils souhaitent tous prendre part à une solution, pas au problème. En tant que chercheurs, ils contribuent en fait à la transformation de l’agriculture en mettant en place des solutions scientifiques à certains problèmes complexes auxquels les agriculteurs africains sont confrontés. Leurs parcours pour devenir chercheurs agronomes sont pour le moins semblables : la plupart proviennent de petites exploitations agricoles et leur perspicacité scientifique a été repérée et nourrie par leurs enseignants du secondaire. 11/01/2015
Read more...

Les sciences horticoles sont-elles en crise ? Que faire pour assurer leur avenir ?

by Errol W. Hewett, Institute of Food, Nutrition and Human Health, Albany, Auckland, New Zealand
La science est l’un des fondements essentiels du développement de l’horticulture, tant dans les grandes coopératives ou entreprises agricoles, que dans les petites unités pratiquant l’agriculture de subsistance et les petites et moyennes entreprises agricoles des pays en développement. 11/01/2015
Read more...

Quel avenir pour les sciences horticoles en Afrique ?

by Wariara Kariuki, Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology, Kenya
Au Kenya, toutefois, l’horticulture est devenue le sous-secteur le plus important du secteur agricole; elle est non seulement une source importante d’alimentation et de recettes d’exportation, mais a également contribué à créer de nombreux nouveaux emplois. Les universités kenyanes ont ainsi établi des départements d’horticulture et vu augmenté le nombre d’inscriptions d’étudiants de premier cycle en sciences horticoles. 11/01/2015
Read more...

La science à vocation sociale – Un nouvel agenda pour des temps nouveaux

by Ameenah Gurib-Fakim, Centre for Phytotherapy Research Ltd., Mauritius
Le défi spécifique auquel sont confrontés les pays d’Afrique est le suivant : comment tirer profit des indicateurs positifs et progresser vers un agenda du développement inclusif et axé sur l’être humain permettant d’exploiter le pouvoir de la science et comment transformer ces connaissances en produits et en entreprises commercialement viables. 11/01/2015
Read more...
Ce rapport revisite le paysage des intrants agricoles en Afrique. Il se base sur de nouvelles données d’études mesurant le niveau de vie et d’enquêtes intégrées sur l’agriculture, représentatives à l’échelon national et comparables entre les pays, couvrant au total six pays (Ethiopie, Malawi, Niger, Nigeria, Tanzanie et Ouganda). L’étude met en évidence les principaux résultats suivants : l’utilisation d’intrants agricoles modernes a augmenté de façon non négligeable dans certaines régions, notamment en ce qui concerne les engrais non organiques et les produits chimiques; l’incidence de l’irrigation et de la mécanisation demeure relativement faible; curieusement, il n’existe qu’une faible corrélation entre l’utilisation des intrants modernes communément associés au niveau des ménages et des parcelles; les taux plus élevés d’utilisation d’intrants pour les cultures de maïs; il existe une relation inverse entre la taille des exploitations ou des parcelles et les taux d’utilisation d’intrants; les niveaux d’utilisation des intrants ne varient pas de façon significative en fonction de la qualité des sols; les ménages n’ont pas systématiquement recours au crédit pour acheter des intrants modernes.  (Banque mondiale, 09/2014) 31/12/2014
Read more...
Le présent article examine différentes perspectives sur les relations existantes entre la science, la technologie et l’innovation (ST&I), les multiples dimensions du développement (écologique, économique, sociale et culturelle) et du développement durable (au plan économique, environnemental et social). En plus de mettre en exergue les concepts scientifiques sous-jacents et de détailler le changement de paradigme de la politique en matière de ST&I au cours des dernières décennies, Anna Schwachula, du Centre de recherche sur le développement de l’Université (ZEF) de Bonn en Allemagne, et ses co-auteurs, notent la complexité d’analyser les effets potentiels des ST&I sur la société et proposent trois modèles scientifiques. Les auteurs se sont focalisés sur la manière dont l’OCDE, la Banque mondiale et l’UNESCO ont défini et opérationnalisé les ST&I au service du développement. Pour conclure, ils insistent sur le fait qu’en accentuant les aspects économiques du développement, les dimensions sociales et environnementales peuvent être reléguées à un rang secondaire. Le manque de consensus institutionnel en ce qui concerne les concepts clés a été observé et il conviendrait de mettre en garde contre l’application d’un schéma universel et d’examiner un plus large éventail de conceptualisations pour renforcer l’interface science-politique afin de déterminer dans quelle mesure les pays en développement pourraient en tirer parti.    (ZEF, 06/2014) 31/12/2014
Read more...
Il existe un véritable chevauchement conceptuel entre la résilience, la vulnérabilité et la capacité d’adaptation, qui apparaissent comme des concepts dominants dans l’étude des troubles et des changements dans les systèmes socio-écologiques. Les auteurs, Daniel Callo-Concha et ses collègues du Centre de recherche sur le développement de l’Université de Bonn (ZEF), en Allemagne, affirment que les critères méthodologiques et opérationnels pour leur application ne peuvent être séparés sans ambiguïté. Selon eux, il est difficile d’identifier les principes directeurs de la mise en œuvre opérationnelle de chacun et soulignent que leur opérationnalisation requiert une logique dans les approches et protocoles visant à assurer leur utilisation cohérente. Ils concluent que l’intégration conceptuelle et opérationnelle de la résilience, de la vulnérabilité et de la capacité d’adaptation pourrait peut-être déboucher sur une représentation plus complète du comportement des systèmes agricoles dans des situations variables.   (ZEF, 01/03/2014) 31/12/2014
Read more...
Le haricot igname d’Afrique est une culture orpheline à haute valeur nutritive sous-évaluée par les décideurs politiques. Les obtenteurs du Département de production agricole de l’Université Makerere ont sélectionné des haricots ignames pour mettre au point des variétés savoureuses ne contenant aucune substance toxique et adaptées aux zones agroécologiques de savane à hautes herbes. 31 nouvelles accessions ont été incluses dans la banque de gènes du CGIAR's Potato Center (CIP), et quelque 60 variétés cultivées par des paysans sont à présent stockées au CIP. Les chercheurs de l’Université Makerere et du NARO sont convaincus que le haricot igname contribuera à assurer la sécurité alimentaire parce qu’il est riche en protéines, en hydrates de carbone, en zinc et en fer, et qu’il améliore la fertilité du sol.    (FarmBizAfrica, 11/10/2014) 31/12/2014
Read more...
Le présent document examine les principales caractéristiques de quatre catégories de pratiques agricoles ayant un fort potentiel de soutien à l’agriculture intelligente face au climat et à la gestion durable des terres. Celles-ci s’articulent comme suit : l’agriculture de conservation, l’agroforesterie, la conservation des terres et de l’eau, l’irrigation et le drainage. Nancy Mc Carthy et Josh Brubacker, consultants basés à Washington D.C. aux Etats-Unis, ont émis des hypothèses sur l’interaction existante entre la sécurité foncière et l’adoption de nouvelles pratiques agricoles proposant des solutions intelligentes face au changement climatique, pour aider à mettre en place une série d’innovations éprouvées en faveur d’une agriculture intelligente face au climat, des plans de suivi-évaluation et des études d’impact. Ils ont défini un cadre conceptuel pour évaluer les voies par lesquelles l’utilisation accrue des droits de propriété et le renforcement de la sécurité foncière affectent négativement les mesures encourageant l’adoption à grande échelle de nouvelles technologies, et appliqué ce cadre à chacune des quatre pratiques agricoles intelligentes face au climat.     (FAO, 09/2014) 31/12/2014
Read more...
Les exploitations agricoles familiales doivent être encouragées à innover d’une manière qui favorise l’intensification durable de la production. C’est ce que fait valoir le rapport intitulé « la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2014 : Ouvrir l’agriculture familial à l’innovation », qui analyse les exploitations agricoles familiales et le rôle de l’innovation pour garantir la sécurité alimentaire, le recul de la pauvreté et la préservation de l’environnement. L’innovation est un processus par lequel les agriculteurs augmentent leur production et améliorent leurs pratiques de gestion. Les messages clés mettent en avant les besoins suivants : 1) les systèmes d’innovation doivent tenir compte de l’extrême diversité des exploitations agricoles familiales et de l’environnement politique et institutionnel complexe qui prévaut dans le secteur agricole ; 2) les exploitations agricoles familiales ont besoin d’un environnement propice à l’innovation, notamment une bonne gouvernance, des conditions macroéconomiques stables, des régimes juridiques et réglementaires transparents, des droits de propriété garantis, des outils de gestion des risques et des infrastructures de marché ; 3) il faut accroître l’investissement public dans la R&D agricole ainsi que dans les services de vulgarisation et de conseil.     (FAO, 16/10/2014) 31/12/2014
Read more...
Les connaissances sur l’ampleur des pertes post-récolte en Afrique subsaharienne sont limitées. Hippolyte Affognona et ses collaborateurs de l’ICIPE (Nairobi, Kenya) ont réalisé une méta-analyse afin de révéler la nature et l’ampleur des pertes post-récolte et les types d’interventions mises en œuvre afin de réduire ces pertes. Leurs conclusions révèlent un certain nombre de lacunes dans les méthodes d’évaluation des pertes qui aboutissent à des estimations inexactes sur les pertes post-récolte. En outre, ces pertes sont plus souvent économiques que physiques. Dans l’ensemble, les techniques de réduction des pertes post-récolte ne mesurent pas de façon précise la dynamique des chaînes d’approvisionnement.    (World Development, 31/08/2014) 31/12/2014
Read more...
Dates : 19-23 avril 2015   Lieu : Berlin (Allemagne) 31/12/2014
Read more...
Prix Nestlé 2016 sur la création de valeur partagée : initiatives orientées vers des activités dans le domaine de la nutrition, de l’eau et du développement rural    Date limite : 28 février 2015 31/12/2014
Read more...
Appel à candidatures : Programme de bourses internationales pour la protection du climat   Date limite : 15 mars 2015 31/12/2014
Read more...

RSS