Knowledge for Development

Durabilité écologique en temps de changement – comment mesurer le succès ?

Author: Paul Geerders, consultant

Date: 17/12/2013

Introduction:

La production agricole subit l’impact des changements climatiques, écologiques et environnementaux. Dans le même temps, l’intensification des pratiques agricoles, la croissance démographique, l’urbanisation et l’industrialisation exercent également un impact sur l’écologie et l’environnement. Dans ce contexte, parvenir à une durabilité écologique est souvent perçu comme un objectif souhaitable. Mais qu’est-ce que la durabilité écologique ? Sa signification semble être différente lorsqu’elle est examinée selon le point de vue de divers experts, qu’ils soient environnementalistes, sociologues ou économistes. Néanmoins, il est essentiel d’avoir une notion claire de ce qu’elle signifie dans une situation ou un contexte spécifique. Elle peut être aussi insaisissable que le « développement durable », pour lequel existent plusieurs définitions parfois contradictoires et un consensus sur la façon de le réaliser n’a pas encore été atteint. 


 

Durabilité écologique en temps de changement – comment mesurer le succès ? 

-- 

Paul Geerders, consultant

--

Introduction

La production agricole subit l’impact des changements climatiques, écologiques et environnementaux. Dans le même temps, l’intensification des pratiques agricoles, la croissance démographique, l’urbanisation et l’industrialisation exercent également un impact sur l’écologie et l’environnement. Dans ce contexte, parvenir à une durabilité écologique est souvent perçu comme un objectif souhaitable. Mais qu’est-ce que la durabilité écologique ? Sa signification semble être différente lorsqu’elle est examinée selon le point de vue de divers experts, qu’ils soient environnementalistes, sociologues ou économistes. Néanmoins, il est essentiel d’avoir une notion claire de ce qu’elle signifie dans une situation ou un contexte spécifique. Elle peut être aussi insaisissable que le « développement durable », pour lequel existent plusieurs définitions parfois contradictoires et un consensus sur la façon de le réaliser n’a pas encore été atteint. 

Durabilité écologique 

Une définition commune de la durabilité écologique fait référence à la capacité des écosystèmes à maintenir leurs fonctions et processus essentiels, et à conserver leur biodiversité dans sa pleine mesure sur le long terme [1]. Cela suppose la capacité d’un écosystème à maintenir sa productivité sur une période prolongée [2]. Toutefois, compte tenu de la dynamique essentielle des écosystèmes, de l’environnement, de la socio-économie et de la société ainsi que des interactions entre eux, ces définitions semblent trop restrictives, d’une part, et trop vagues, d’autre part. 

Une autre manière, probablement plus appropriée, de définir la durabilité écologique est la suivante : « le maintien des systèmes essentiels à la vie et la réalisation d’un taux d’extinction “naturel” » [3]. Dans ce contexte, les systèmes essentiels à la vie désignent le système climatique, le cycle des nutriments, etc. en vue d’obtenir un état géophysique sain. Le taux d’extinction « naturel » s’entend comme étant le taux d’extinction contextuel qui s’applique entre les événements d’extinction majeurs déclenchés par de grands impacts de météorites, le changement climatique et les actions des êtres humains qui ne sont pas en mesure de maintenir la durabilité écologique dans leur contexte local. 

Il est important pour un pays dans son ensemble d’élaborer une stratégie nationale afin de réaliser la durabilité écologique dans un délai souhaitable et de la maintenir au fil de l’évolution de la société et de l’environnement. La question se complique dès lors que les écosystèmes et les environnements, y compris les systèmes dominés par les êtres humains, sont considérés comme des « systèmes adaptatifs complexes » en raison de leur dynamique intrinsèque. Ces systèmes sont évolutifs plutôt que mécanistiques et ne présentent qu’un degré limité de prévisibilité. La compréhension des problèmes et des contraintes résultant de cette dynamique évolutive est une question essentielle pour la gestion durable des écosystèmes et de l’environnement. La recherche joue alors un rôle important afin de générer les connaissances nécessaires pour favoriser la compréhension de ces processus et interactions, sur la base desquelles prévoir les changements futurs. 

La plupart des définitions de la durabilité écologique incorporent un certain nombre de principes communs, dont les suivants :

  • Conservation de la biodiversité et de l’intégrité écologique (y compris l’arrêt de la perte de biodiversité non évolutive) 
  • Capital naturel et revenus durables 
  • Équité intragénérationnelle (au sein des générations) et intergénérationnelle (entre les générations) 
  • La dimension mondiale 
  • Traitement prudent du risque, de l’incertitude et de l’irréversibilité (Principe de précaution des Nations unies) 
  • Évaluation économique appropriée des biens et services basés sur l’écosystème 
  • Intégration des objectifs environnementaux et économiques dans les politiques et les actions. 
  • Équité sociale et participation communautaire. 

Réaliser la durabilité écologique 

Il existe diverses approches pour réaliser la durabilité écologique. Les deux exigences fondamentales suivantes, telles que conçues par l’ONG Natural Step [4], sont communes à toutes les approches : 

- La diversité de la vie et la base de sa productivité doivent être maintenues. 
- La société doit s’organiser afin que l’approche soit facile à réaliser et à maintenir. 

La diversité de la vie et la base de sa productivité ne doivent pas être systématiquement diminuées et, lorsqu’elles ont été diminuées, doivent être rétablies à des niveaux « naturels ». En premier lieu, cela implique la nécessité d’une connaissance approfondie de l’état actuel des écosystèmes et des environnements pertinents pour la production agricole en tant que référence pour la gestion intégrée et la prise de décision.

En outre, cela nécessite une surveillance systématique des écosystèmes et des environnements, afin de déterminer les résultats des actions et interventions et d’identifier les changements (tendances) éventuels dus à d’autres impacts tels que le changement climatique, l’urbanisation et l’industrialisation. 

Des écosystèmes sains offrent des biens et des services vitaux aux humains et autres organismes [5]. Une façon courante de réduire l’impact négatif d’origine humaine et de renforcer les services des écosystèmes passe par une gestion basée sur les écosystèmes, généralement fondée sur les informations acquises à partir de la science de la Terre, la science environnementale et la biologie de la conservation. Toutefois, il s’agit d’une gestion qui se situe à la fin d’une longue série de facteurs de causalité indirects, initiés par la consommation humaine. 

La société dans son ensemble (secteurs public et privé) doit se réorganiser et élaborer et adopter des stratégies et politiques nationales pour faciliter le maintien de la diversité de la vie en tant que base pour une productivité agricole soutenue (et si possible accrue). Cela implique que la société doit développer la capacité et la résilience nécessaires pour détecter, résoudre et, de préférence, prévenir en temps et en heure les problèmes majeurs liés à l’environnement et aux écosystèmes. Cette démarche requiert, à son tour, une volonté politique et des ressources financières à investir dans l’avenir. 

Une stratégie nationale pour atteindre ces objectifs devrait inclure la fixation d’objectifs clairs et de cibles réalisables et la mise en oeuvre d’actions concrètes. Une question vitale, dans ce contexte, est l’imposition de limites sans équivoque au « développement », basées sur une compréhension scientifique et accompagnées d’une sensibilisation à tous les niveaux, outre une surveillance et un contrôle rigoureux. De même, il convient d’éviter les facteurs suivants, qui sapent la durabilité écologique : 

  • Des accroissements systématiques des concentrations dans la nature de substances qui proviennent de la croûte terrestre (exploitation minière) ou qui sont produites par la société (déchets). 
  • Des accroissements de la manipulation ou de la récolte des produits de la nature. 
  • Le non-rétablissement de la base écologique pour des écosystèmes sains, la biodiversité et la productivité écologique et agricole. 

Daly [6] a suggéré trois grands critères de durabilité écologique : 

  • Les ressources renouvelables devraient permettre un rendement durable (le taux de récolte ne devrait pas excéder le taux de régénération).
  • Pour les ressources non renouvelables, il devrait y avoir un développement équivalent de substituts renouvelables.
  • La génération de déchets ne devrait pas excéder la capacité d’assimilation de l’environnement. 

 

Ces critères devraient être inclus dans les stratégies et politiques gouvernementales et être soutenus par une plateforme de leaders visionnaires issus de la société en général, dont le secteur privé et l’ensemble de la population, afin de garantir leur durabilité. 

Télécharger l'article ci-dessous.

Related documents:

17/12/2013

No Comments available.

Please log in to make your comment. In order to log in you may have to first register.