Knowledge for Development

Résilience aux changements climatiques

Les pays ACP consomment très peu de combustibles fossiles mais supportent le poids des conséquences des énormes émissions de gaz à effet de serre provenant des pays industrialisés. Ils souffrent des effets les plus néfastes en raison de leur incapacité à répondre de manière adéquate au changement climatique annoncé dû à ces émissions. Ce dossier étudie les conséquences du changement climatique dans les pays ACP et explore les stratégies de S&T en matière de développement agricole et rural qui sont requises pour les atténuer.

La température de l’air au niveau du sol et des océans, l’élévation du niveau moyen de la mer dans le monde et le recul des glaciers nous fournissent maintenant suffisamment de preuves scientifiques convaincantes : le climat de la planète se réchauffe et ce réchauffement est à imputer en majeure partie aux activités humaines. Bien que les gaz à effet de serre soient indispensables au maintien de la vie dans l’atmosphère, la concentration des gaz à effet de serre, en particulier du dioxyde de carbone, du méthane et de l’oxyde nitreux dépasse nettement les niveaux préindustriels. En se basant sur des données fiables, certains prévoient que, si les tendances actuelles se poursuivent, la température moyenne à la surface du globe aura augmenté en 2010 de 1,4 à 5,8 ° C par rapport aux niveaux de 1990, causant de grands déséquilibres économiques et écologiques.Comme les autres pays en développement, les pays ACP consomment peu de combustibles fossiles et contribuent donc très peu à ces émissions, mais ils auront à supporter la plus grande partie des conséquences du changement climatique, à cause de leur incapacité à réagir adéquatement aux changements annoncés. La plupart des pays ACP accusent un retard par rapport aux autres régions en développement et devront probablement subir les effets les plus pervers. On peut améliorer la situation dans les pays ACP et la gestion des émissions de gaz à effet de serre en recourant à des options plus judicieuses au plan environnemental qui risquent toutefois de se révéler onéreuses. 01/01/2007
Read more...
(Exposé principal, finale du concours « Jeunes professionnels et sciences »)Si le changement climatique affecte tous les secteurs de la société, que ce soit au niveau local, régional ou continental, les données actuellement disponibles sont insuffisantes pour guider le processus d’élaboration des politiques. Il y a un intérêt certain à analyser les événements climatiques passés pour comprendre le présent et améliorer la fiabilité des projections sur les changements climatiques futurs. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’avère par conséquent nécessaire pour étendre les frontières de la recherche et mettre au point des modèles climatiques régionaux et sous-régionaux afin de permettre aux décideurs politiques d’agir à une échelle pertinente. Les cernes de croissance des arbres et les isotopes stables de ces cernes fournissent des données sur la variabilité climatique passée.En Afrique, la période couverte par l’enregistrement instrumental des événements climatiques est trop courte. La dendrochronologie ajoute une perspective à plus long terme essentielle pour lutter contre les effets de la variabilité climatique, mais aussi promouvoir l’adaptation des paysages agroforestiers et des écosystèmes forestiers au changement climatique. Des analyses de cernes de croissance des arbres ont été réalisées dans le cadre d’une collaboration internationale indépendante entre des instituts de recherche partenaires en Allemagne et en Afrique. Les isotopes stables des éléments carbone et oxygène des cernes de croissance de Sclerocarya birrea dans la région du Sahel (Burkina Faso) ont montré des signaux forts de dérèglements climatiques. Des chronologies représentatives d’arbres de plus de 100 ans sont en cours de développement au Burkina Faso et en Tanzanie. Le projet actuellement mené dans la forêt de Munessa en Ethiopie permettrait d’établir des séries chronologiques sur une période de plus de 350 ans. Enfin, les séries chronologiques représentatives des cernes de croissance des arbres développées dans le cadre de trois projets seront combinées afin d’établir des modèles de corrélation à grande échelle entre la croissance des arbres et les températures de surface de la mer, en vue d’analyser les téléconnexions climatiques sur l’ensemble du continent. Afin d’obtenir des données représentatives et de formuler une série de recommandations pour le continent, il conviendra toutefois d’étendre l’étude à d’autres régions d’Afrique.Cet article est tiré de la publication du CTA/FARA (2011) intitulée « Innovations agricoles au service du développement durable », Volume 3, Numéro 2. 14/03/2012
Read more...

Repenser l’agriculture pour anticiper les impacts locaux du changement climatique

by Thierry Giordano (Cirad, DBSA), Saphira Patel (DBSA), Olivier Hamel (Cirad, responsable du groupe de travail sur le changement climatique), Frédéric Bourg (Cirad)
Une stratégie efficace permettant de faire face aux défis posés par le changement climatique exige une évaluation des impacts actuels et prévus. Il est possible de simuler ces impacts à l’échelle régionale, continentale et nationale à divers degrés de probabilité. Au niveau mondial, deux outils différents peuvent être combinés afin d'évaluer les impacts du changement climatique sur l’agriculture. Dans un premier temps, on détermine ce que pourraient être dans le futur les caractéristiques des modèles climatiques régionaux, en utilisant trois principaux paramètres : les variations des températures, les changements dans la répartition des précipitations, la fréquence et l’intensité des événements extrêmes. Dans un second temps, on utilise ces résultats et on les applique à un modèle de production agricole, en utilisant divers mécanismes. Par exemple, le stress hydrique (sécheresse ou excès d'eau) et le stress thermique (chaleur ou froid) pourraient avoir des répercussions importantes sur la production végétale en perturbant la phénologie (foliation, floraison, cycle de vie…), la croissance et le rendement (taille, nombre et qualité des fruits/graines) des plantes et leur distribution spatiale. La production animale serait également affectée par l’irrégularité de la production de matières premières, par la distribution et la diffusion/propagation de maladies émergentes (Arzt et al., 2010). Récemment, en couplant ces deux approches, l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires a estimé l'impact du changement climatique sur l'agriculture de l'Afrique subsaharienne dans les termes suivants : « Les rendements des cultures diminueront, la production sera affectée, les prix agricoles et de la viande vont augmenter, la consommation de céréales chutera, réduisant ainsi l'apport calorifique et accroissant la malnutrition chez les enfants » (Nelson et al., 2009). Cet avenir particulièrement sombre appelle des actions immédiates et coordonnées, qui combinent atténuation et adaptation. 10/12/2010
Read more...

La recherche sur le changement climatique et l’agenda futur en matière de politiques agricoles

by Dr Jan Verhagen, Plant Research International, Wageningen University and Research Centre, Pays-Bas
La moitié de la population des pays en développement vit en milieu rural mais, avec le taux actuel d'urbanisation, un mouvement spectaculaire vers les agglomérations urbaines est attendu d'ici 2025 (Nations unies, 2008). Se traduira-t-il par une urbanisation de la pauvreté ou une augmentation de la pauvreté rurale ? Cela reste encore incertain. De même, les différences entre pays diminuent car le monde est de plus en plus connecté et intégré ; mais, dans le même temps, les différences de développement entre régions s’accroissent.Pauvreté et faim sont étroitement liées et, malgré des améliorations considérables du système alimentaire, la sécurité alimentaire reste un problème. Le premier des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) vise à réduire de moitié la pauvreté et la faim d'ici 2015 (Nations unies, 2000) ; cet objectif ne sera probablement pas atteint dans les délais. Bien que le maintien d’une croissance de la production alimentaire au même rythme que la croissance démographique mondiale actuelle soit un enjeu important, l'amélioration de la distribution alimentaire et le droit à l'alimentation demeurent les principaux obstacles pour atteindre la sécurité des communautés pauvres (Evans, 1998 ; Smil, 2005). 06/12/2010
Read more...