Knowledge for Development

Développements


Absolue nécessité de révision par les pairs des publications scientifiques sur les espèces végétales

Dans son article d’opinion, Jaime A. Teixeira da Silva, de l’Université de Kagawa au Japon, soutient que le débat entre scientifiques sur la qualité d’un article publié doit constituer un processus dynamique et constant, même après sa publication. Selon l’auteur, bien que les éditeurs aient accru leur niveau de vérification préalable, le processus de publication scientifique traditionnel est encore loin d’être fiable, et les phytologues, en tant que communauté de chercheurs, évaluateurs et éditeurs, doivent remédier de toute urgence à ce type d’erreurs ainsi qu’aux lacunes des codes d’éthique pour garantir un écosystème cohérent et respecté de publications scientifiques.  http://www.frontiersin.org/Journal/10.3389/fpls.2013.00485/full(Front. Plant Sci., 04/12/2013)

27/01/2014


Décryptage des génomes des « cultures orphelines » et diffusion gratuite des informations afin d’accroître les récoltes

Une équipe internationale de scientifiques dirigée par Howard-Yana Shapiro, directeur du département agricole de la société américaine de bonbons Mars (36 milliards de dollars de chiffre d’affaires), a séquencé le génome du cacaoyer, à partir duquel on fabrique le chocolat, puis publié le séquençage complet de ce génome en 2010. M. Shapiro envisage de travailler en collaboration avec des chercheurs américains et chinois afin de séquencer puis publier l’intégralité du patrimoine génétique d’une grande variété de cultures, comme l’igname, le millet perlé, le tef, l’arachide, le manioc et la patate douce.   Pour de plus amples informations concernant la recherche sur le génome du cacao au sein du Groupe Mars : http://www.confectionerynews.com/Commodities/Mars-cocoa-genome-research-no-Monsanto-GM-moment  (The Guardian, 02/06/2013)

2/07/2013


Mettre en place des politiques appropriées en matière de propriété intellectuelle en Afrique

Intellectual Property Watch fait état des efforts consentis dans plusieurs pays d’Afrique pour mettre en place des politiques appropriées en matière de propriété intellectuelle, question abordée lors de la conférence sur la propriété intellectuelle en Afrique (février 2013). La question de l’application des droits de propriété intellectuelle aux savoirs autochtones, afin de protéger les intérêts de leurs détenteurs, tout en mettant à profit la contribution de ces savoirs dans le processus de développement, a donné lieu à un débat animé lors de la conférence. IP-Watch.org also fait également état de l’atelier intitulé « Approches pratiques en matière d’utilisation et de protection de la propriété intellectuelle en Afrique », organisé en mars 2013 par le Département du Commerce des États-Unis en collaboration avec le Groupe sur la propriété intellectuelle en Afrique (AIPG), une nouvelle association de parties prenantes dans le domaine de la propriété intellectuelle. Les participants ont souligné la nécessité de mettre en place un agenda pour l’application des droits de propriété intellectuelle en Afrique, d’étendre la recherche sur l’impact d’une protection plus forte de ces droits et de démythifier l’idée d’une politique unique des droits de propriété intellectuelle en Afrique. Plus récemment, IP-Watch.org a publié un article sur le projet de protocole pour la protection des nouvelles variétés végétales qui a été proposé par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), un organisme intergouvernemental qui vise à promouvoir la coopération et l’intégration socio-économique sur le continent. Il indique que le projet de protocole pour la protection des variétés végétales a provoqué la colère de la société civile, préoccupée de l’impact potentiel de celui-ci sur les petits exploitants agricoles mais aussi du manque de consultations menées auprès des agriculteurs. Conformément au projet de protocole, le droit d’obtenteur permettra aux agriculteurs d’avoir accès à toute une gamme de variétés améliorées et de contribuer ainsi au développement de l’économie et à la sécurité alimentaire dans la région. Les groupes de la société civile ont indiqué que ce protocole ne permettra pas de créer un régime adapté aux besoins des États membres de la SADC et de leurs agriculteurs, qui restent fortement tributaires des semences de ferme, des échanges avec leurs voisins et les membres de leur famille, ou du troc des marchés villageois pour obtenir des semences. (Intellectual Property Watch, mars/avril 2013)

17/04/2013


CIRAD/INRA : repères éthiques sur le partenariat

Valeur fondatrice pour de nombreux centres de recherche institutionnels, le partenariat est le sujet d’un avis récemment rendu public par le Comité consultatif commun d’éthique pour la recherche agronomique CIRAD-INRA. L’avis présente une approche du partenariat selon un mode réflexif privilégiant le débat. Il juge préférable de susciter l’esprit éthique en donnant des repères et formule également des recommandations à destination des différents acteurs du partenariat. (CIRAD, 14/06/2012)

11/07/2012


Les chercheurs s’abstiennent de publier les données brutes

Une étude dirigée par Heather Piwowar du National Evolutionary Synthesis Center de Durham (Caroline du Nord) révèle que les scientifiques s’abstiennent de publier les données brutes de leurs recherches, même lorsque les périodiques le leur demandent, et qu’il existe des écarts considérables entre les politiques de partage des données et leur application effective par les chercheurs. Ces constats se situent dans le cadre d’un effort croissant en faveur du partage des données brutes des recherches, visant à la fois à faciliter celles-ci et à prévenir la fraude ou les erreurs. (Nature, 14/9/2011)

2/11/2011


Code de conduite européen pour l’intégrité dans la recherche de l’ESF

(via AlphaGalileo, 18/7/2011)La Fondation européenne de la science (ESF) annonce que son Conseil d’administration a adopté, à Lisbonne les 22 et 23 juin 2011, un Code de conduite européen pour l’intégrité dans la recherche. Le code, lancé lors de la Conférence mondiale sur l’intégrité de la recherche qui s’est tenue à Singapour en juillet 2010, a été élaboré à la suite d’une série de réunions et d’ateliers impliquant les organisations membres de l’ESF (au total 78 organismes de financement, instituts de recherche, académies des sciences et sociétés savantes de 30 pays européens). Leur travail sur l’intégrité de la recherche a été mené en collaboration avec la Fédération européenne des académies nationales des sciences et sciences humaines (ALLEA). Ce code offre à tous les chercheurs une base de départ pour l’intégrité hors des frontières nationales, en accord avec les codes d’éthique existants et les cadres réglementaires européens. Les 30 pays signataires se sont mis d’accord sur un ensemble de principes et de priorités pour l’autoréglementation de la communauté de recherche et sur un modèle de code de conduite international régissant la recherche scientifique.

21/07/2011


Alternatives africaines réussies aux modèles de « révolution verte »

Paru dans le numéro de la revue Development sur l’avenir de l’agriculture (http://www.palgrave-journals.com/development/journal/v51/n4/index.html), cet article propose une série d’alternatives africaines respectueuses des droits des agriculteurs et de la biodiversité agricole, et propres à promouvoir une production alimentaire durable.Andrew Mushita et Carol Thompson affirment que, même si la révolution verte en Afrique promeut le mouvement d’appropriation privée étrangère des semences génétiquement modifiées et met principalement l’accent sur l’augmentation du rendement de certaines cultures, ces alternatives africaines respectent les droits des agriculteurs et la biodiversité agricole, à travers une législation et des protocoles innovants, dans le but d’améliorer durablement la production alimentaire. Les auteurs expliquent comment les crises agricoles mondiales ont affecté le continent africain. Examinant dans un premier temps cette bombe écologique à retardement que représentent les agrocarburants et les profonds dysfonctionnements de ce marché aux multiples facettes dus aux interventions des politiques agricoles, ils analysent ensuite les effets de la bio-piraterie en Afrique. Ils se penchent enfin sur les alternatives africaines « qui donnent des résultats sur le terrain » et mettent en exergue le principe international relatif aux droits des agriculteurs et la loi modèle de l’Union africaine relative à la protection des droits des communautés rurales, des agriculteurs et des éleveurs.Pambazuka propose à nouveau cet article déjà publié http://goo.gl/SZPPd.(Source : Pambazuka, 24 mars 2011)

4/05/2011


La recherche contribue-t-elle à la réduction de la pauvreté ? Evaluer l’impact social de la recherche axée sur des politiques agricoles appropriées

Par: Edoardo Masset, Rajendra Mulmi et Andy Sumner; document de travail de l’IDS n° 360; 2011.Le présent document s’inspire de travaux effectués par d’autres auteurs. Il s’appuie sur la littérature agricole existante et suggère différent moyens d’évaluer l’impact de la recherche « axée sur les politiques ». Il examine les différents types de recherche, la littérature sur les « théories du changement » dans le contexte du développement international, les méthodes d’analyse de l’impact de la recherche axée sur les politiques, passe en revue la littérature pertinente sur l’agriculture et propose une batterie d’indicateurs susceptibles d’être utilisés pour évaluer l’impact de la recherche, exemples à l’appui.Dans le contexte actuel marqué par les répercussions de la crise financière internationale, les montants alloués au développement (et à la recherche pour le développement) risquent d’être moins importants que par le passé. Ce manque de ressources financières risque de limiter les gains associés au développement. Chaque dollar investi dans la recherche pour le développement doit, plus que jamais auparavant, compter et contribuer à la réduction durable de la pauvreté. On ne connaît pas bien, toutefois, l’impact de la recherche pour le développement sur le changement politique et la pauvreté (ni sur l’agriculture). L’évaluation de l’impact de la recherche est un domaine disciplinaire émergent.

4/05/2011


Le prix Nobel pour Stéphane Hessel

Le journal Le Monde a publié une brève sur la nomination et l'élection de Stéphane Hessel pour le prix le Prix Nobel de la Paix. Edgar Morin, Michel Rocard, Peter Sloterdijk et Richard von Weizsaecker ont écrit cette brève pour souligner le rôle mémorable et transformateur qu'a joué et joue Stéphane Hessel pour l'avancement d'une humanité juste et bonne.Le prix Nobel pour Stéphane Hessel, sur LeMonde.fr

8/04/2011


La course aux brevets constitue une menace pour la biodiversité et la souveraineté alimentaire

Un nouveau rapport du Groupe d’action sur l’érosion, la technologie et la concentration (ETC Group), basé à Ottawa au Canada, révèle une forte augmentation du nombre de demandes de brevets sur les semences, les plantes et les technologies « adaptées aux dérives climatiques » qui contribueraient à accroître la résistance des cultures génétiquement modifiées à la sécheresse et à certaines contraintes environnementales (aux stress abiotiques, par exemple) liées au changement climatique. La course aux brevets risque d’aboutir à une situation de monopole pour contrôler la biomasse et l’approvisionnement alimentaire dans le monde, met en garde ETC Group. Dans la plupart des cas, un simple brevet ou le dépôt d’une demande de brevet permet de s’approprier des séquences génétiques ingénieurisées qui pourraient être introduites dans presque toutes les grandes cultures – ainsi que dans les produits pour l’alimentation humaine et animale qui en sont dérivés. (Source : Pambazuka News, 11 novembre 2010).

10/12/2010