Knowledge for Development

Dans les pays ACP

Une traduction française de ce dossier sera bientôt disponible


Afrique: Biocarburants et sécurité énergétique en Afrique

Ce document montre que les biocarburants sont disponibles en abondance sous diverses formes dans presque toute l’Afrique. Correctement exploités, ceux-ci pourraient jouer un rôle majeur dans l’approvisionnement énergétique des villages. Les biocarburants basés sur les systèmes énergétiques ruraux peuvent non seulement aider à combattre la pauvreté en matière d’énergie mais peuvent aussi contribuer à sa réduction en étant associés à des usages productifs. Les nouvelles technologies telles que la bio-gazéification peuvent accroître l’électrification rurale et servir pour les applications de chauffage à effet mémoire de forme (SME), tandis que les biocarburants liquides tels que le bioéthanol et le diesel peuvent répondre aux besoins croissants des transports. L’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel), en collaboration avec ses partenaires et les États membres, peut contribuer à maximiser les bénéfices issus de la filière des biocarburants. Le document

16/04/2007


Caraïbes: Document thématique sur les biocarburants en Amérique latine et dans les Caraïbes

Il existe un intérêt général concernant les biocarburants et le potentiel apparent du marché parmi tous les pays emprunteurs de la Banque interaméricaine de développement. Sur les 26 pays concernés, 18 sont importateurs de produits pétroliers et exportateurs de matières premières qui pourraient être utilisées pour produire du biocarburant, substitut du combustible fossile d’importation. Ces pays semblent donc être des candidats naturels à l’adoption des biocarburants. Toutefois, d’autres sont intéressés parmi les huit pays restants. Les pays riches en combustibles fossiles tels que la Colombie, le Venezuela et l’Argentine ne sont pas en reste, ayant déjà des programmes sur les biocarburants, soit en cours, soit en préparation. Le document

16/04/2007


Pacifique: Les petits États insulaires donnent l’exemple en matière d’énergie verte

Cet article analyse les conséquences des changements climatiques sur les petits États insulaires, leur façon d’y répondre, leurs systèmes énergétiques et le lien existant entre énergie verte et développement. Il examine par ailleurs les questions relatives aux énergies renouvelables, à l’efficacité énergétique, aux mécanismes financiers et au projet d’Initiative globale des États insulaires pour une énergie durable (GSEII). L’article se conclut en expliquant que les membres de l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS) ont là une grande opportunité de guider les autres nations en donnant l’exemple en matière d’énergie verte. Le document

16/04/2007


Un rapide coup d’œil sur les potentiels bioénergétiques mondiaux d’ici à 2050

Cette étude présente une analyse complète des potentiels de production théoriques en matière de bioénergie, en s’appuyant sur les meilleures connaissances disponibles. Elle identifie les éléments clés permettant de déterminer le potentiel de production de la bioénergie, à savoir : la croissance démographique, la consommation alimentaire par habitant, la demande de bois, les rendements des cultures et l’efficacité de la production dans le système de production animale – et le potentiel pour accroître les récoltes à travers des systèmes de gestion plus intensifs–, la croissance naturelle de la forêt et la production de bois issu des plantations. Les résultats indiquent que, pour produire de la bioénergie à partir de plantes spécialement prévues pour cet usage, le facteur clé est d’utiliser le même type de système de gestion agricole que celui appliqué aux cultures vivrières. Si un type de gestion agricole est appliqué à l’instar de la meilleure technologie disponible dans les régions industrialisées, le monde sera alors capable de produire suffisamment de nourriture pour répondre à la demande projetée en 2050, ceci en utilisant seulement une fraction des terres agricoles actuelles. Les régions avec les plus forts potentiels en matière de production bioénergétique sont l’Afrique subsaharienne (entre 0,1 et 0,7 Gha d’excédents de terre, soit un équivalent compris entre 31 et 317 EJy-1 de bioénergie en 2050), les Caraïbes (2 Gha) et l’Amérique latine (entre 0,2 et 0,6 Gha, soit entre 47 et 221 Ejy-1 en 2050). Le document

16/04/2007